ABCdaire

Doit-on immatriculer un vélo électrique ?

Le vélo électrique fait désormais parti du quotidien. Il est tellement intégré à notre paysage que nous ne les remarquons pas toujours lorsqu’on les croise. Pour les personnes qui souhaitent passer à l’électrique, un question peut se poser alors. Etant donnée que c’est un véhicule non pas tracté par la seule force de nos jambes, mais avec l’aide d’un moteur, et que notre vitesse de déplacement est ainsi grandement aidée, on pourrait se demander si il faut immatriculer un vélo électrique comme il faudrait le faire pour une mobylette ou tout autre cyclomoteur par exemple.

Réponse

Et bien la réponse est non. En fait, il y a plusieurs raisons. Etant donnée que le vélo électrique est en fait un vélo à assistance électrique, cela implique que le moteur ne remplace pas le pédalage original. Une autre condition est que la puissance de votre vélo électrique ne doit pas excéder 250 Watts maximum. En effet, votre vitesse deviendrait plus dangereuse et se rapprocherait plus de celle d’un cyclomoteur, ce qui implique aussi parallèlement le port du casque obligatoire pour les usagers, et l’interdiction de rouler sur les pistes cyclables réservées aux vélos. Ensuite, pour renforcer cette idée de vitesse, une autre condition existe et tiens compte du scénario où le cycliste roulerait vite. Ici, l’assistance au pédalage doit être conçu de manière à se stopper lorsque la vitesse du vélo dépasse les 25km/h. Ainsi, le vélo reste un vélo, et la vitesse supplémentaire devra être gagnée uniquement à la force du cycliste.

Conclusion

Le vélo électrique reste un vélo et n’est pas soumis à une obligation d’immatriculation car il évite les caractéristiques des cyclomoteurs, naturellement sur certains points, et sciemment sur d’autres points pour ne pas ajouter de freins à l’achat, et pour ne pas dénaturer le principe même du vélo.

 

velo electrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *